Daichi ~ Sora

Deux villes ... deux mondes différents ...
 
AccueilPortail*FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Baptistin Olvidado dit Benedetto

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Baptistin Olvidado
~Pile il gagne, Face tu perds~
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 03/09/2008

MessageSujet: Baptistin Olvidado dit Benedetto   Mer 3 Sep - 17:03

Qui suis-je ? Ça n'a pas grande importance. Où sommes-nous ? Ne vous en préoccupez pas, nous sommes là où personne ne nous trouvera. Mon but ? Vous ficher, tous autant que vous êtes, j'agis pour des gens dont vous ne soupçonnez même pas l'existence et je suis ici pour vous recenser. Ne vous inquiétez pas, vous serez relâché dès que nous aurons fini et vous pourrez retourner vaquer à vos petites occupations comme si rien ne s'était passé.


  • Faites moi confiance et répondez à mes questions sans broncher.

    Déclinez votre identitée.

    Nom : Olvidado. Je me suis donné moi même le nom, ça veut dire oublié
    Prénom(s) : Baptistin. C'est le domestique qui m'a confié à l'orphelinat qui l'a choisit.
    Surnom(s) : Benedetto. Ce surnom n'a pas d'histoire, ce sont les autres qui m'appellent comme ça parfois.
    Date et lieu de naissance : Il y'a 17 ans environs, sur le territoire de Sora
    Taille : 1M76
    Poids : 63Kg
    Couleur des yeux : Bleu
    Couleur des cheveux : Blond
    Territoire : Sora mais pour combien de temps encore.
    Signes particuliers : Je porte un bandeau sur mon oeil droit, il ne s'est pas remis de mon enterrement.

  • Très bien, c'est noté, passons aux choses sérieuses.

    Racontez moi l'histoire de votre vie :
    On m'appelait Benedetto à l'orphelinat mais j'ignore mon véritable nom, une femme qui s'occupait de nous m'a dit que c'était Baptistin mais pour moi ça n'a aucune importance. Pendant longtemps, j'ai été connu comme le seigneur d'une famille noble. Mais je ne suis pas du tout noble. J'ai été abandonné bébé, élevé dans un orphelinat et quand je suis parti j'ai tout fait : volé, incendié, et même commis des meurtres.

    Je vais vous révéler le secret de ma naissance en vous racontant le proces de mon père. Je suis né à Sora dans une maison qui appartien maintenant à un autre noble. A ma naissance, on m'a mis dans un petit cercueil et enterré. Mon père devait être paniqué. Pour un homme de son rang, il était impensable d'avoir un enfant de sa maîtresse. Il a alors caché ma mère à Sora et... J'espère ne pas vous choquer avec cette histoire.

    Quand j'ai raconté tout ceci au proces de mon père il y'a peut, il me faisait passer pour un imposteur, il osait me demander par qui j'avais pu être payer pour raconter de tels mensonge, il ne devait pas vouloir voir la véritée en face, je crois qu'il préférait me croire mort. Quelle dureté ! C'était le jour de nos retrouvaille tout de même. Mais le procureur assura que les tests ADN de l'accusé, mon père, et du témoi qui n'était autre que moi, concordaient et qu'il ne pouvait en être autrement.

    Puis une pièce à conviction crucial fut amenée au proces, un petit coffret. Incrédule mon père osa demander de quoi il sagissait et je répondis moi même que ce petit coffre n'était autre que mon cerceuil. Le cerceuil que m'ont offert mes parents en guise de berceau. Ma mère, qui se trouvait au fond de la salle, n'en puis plus et elle me suplia même de me taire. Je pus donc enfin présenter ma mère à l'assemblée. Une baronne, évidament l'épouse d'un autre noble, ami de mon père. Je lui ai alors demandé de confirmer que mon père m'avait bien mis dans cette boite et enterré dans le jardin.

    Ma mère s'est mise à délirer, elle à tendu les bras vers moi comme si je venais de descendre du ciel, les larmes coulaient sur ses joues, elle m'appela "mon fils, mon bébé..." et je lui ai sourie, je ne sais pas de quoi pouvait avoir l'air mon sourire mais ça l'a effrayée. Elle ne cessa plus de me demander pardon et mon père la traita de folle. Je lui ai alors interdit d'insulter ma mère. Il se mit à rire comme un dément, accusant le véritable époux de ma mère, pensant qu'il avait tout organisé pour le faire tomber ajoutant en me pointant du doigt que cet enfant était mort et enterré et que par conséquent il ne pouvait témoigner. Il venait de se fourvoyer et lorsqu'il s'en rendit compte il posa pour la première fois ses yeux sur moi. Quelle déclaration.

    Bon, comme tout le monde, certains faits ont dû marquer votre vie décrivez m'en un en détail :

    Je vais continuer à vous parler du proces de mon père. Après sa déclaation,Ii tenta de s'expliquer, je restais là sans bouger. Je me faisais traiter d'imposteur, accusé de l'avoir fait tomber dans un piège. Mon père s'approcha et me giffla devant toute l'assemblée. Je n'ai pas réagis, je l'ai simplement regardé. puis, de ma poche, j'ai sorti un petit bout de tissu qui portait les armes de sa famille pour le lui tendre. Je lui ai expliqué que c'était l'étoffe que m'avait laissé le domestique qui m'avait sauvé. Il avait du m'envelopper dedans pour que je ne peure pas de froid. Ca à toujours été mon trasor. C'était après tout la seule chose qui me liait à mon père, et tout celà, je le lui dis. Incrédule et inquiet, mon père avait du mal: à trouver ses mots.

    Je lui ai demandé pardon, parce que sans ça, il ne m'aurait jamais reconnu comme son fils. Je voulais le voir, je voulais l'appeler pèrez et je l'ai fait. Je me suis approché et contre toute attente, il en à fait autant, je pensais qu'il me repousserait mais il n'a pas bougé lorsque je me suis mis contre lui. C'est alors que j'ai sortis une longue aiguille de mes cheveux, elle était impregnée d'un puissant poison, je l'ai serré contre moi après lui avoir sourie tendremant, et ce fut lorsqu'il posa sa tête contre mon épaule que je le sentis sursauter, je venais de planter l'aiguille dans sa nuque en lui soufflant un adieu à l'oreil.

    Ma mère se mit à hurler alors que je retirais l'arme de mon crime. Mon pèe s'accrocha à moi en gémissant légèrement. Entre ses pleintes je pouvais entendre un "pourquoi ?" et même deux. Il glissa vers le sol, et je n'ai pas tenté de le retenir. Il tomba à genoux devant moi, je me suis simplement bougé pou le laisser s'éffondrer sur le sol à mes pieds. C'était à mon tour de rire, je ne connaissais pas ce rire, quelque chose de dément, d'effrayant qui avait glassé le sang des nobles présents dans la sale. Je me sentais bien, comme délivrer d'un lourd fardeau.

    Les gardes se sont jetés en masse sur moi pour me maîtrisé, j'en repoussai une partie et me mit à insulter tout le monde. Leur annonçant que la vue de leurs visages si distingués me donnait la nausée, qu'ils n'étaient que des fauves qui ne valaient pas mieux que mon père ou même moi, qu'il cachaient leur sombre nature sous un masque ! J'en ai désigné plusiuers du doigt, l'un après l'autre, je ne les connaissais même pas, ne les avais jamais vu de ma vie mais je ne pouvais plus m'arrêter. Mon rire repris de plus belle, du fond de la salle ma mère regardait le spectacle désolant jusqu'a perdre conscience sous mes rires impregnés de folie.

    Mmh... D'accord. Maintenant côté caractère, comment vous définiriez-vous ?
    Il parait que je suis un parfait comédien, d'ailleurs j'ai fais mes preuves au sein de la sociétée de Sora pendant toutes ces années apèrs mon retour de Daichi. J'ai du me faire passer pour un noble alors que je les détestes, juste pour pouvoir me faire accepter le temps que le proces de mon père n'arrive. Je suis quelqu'un qui à l'approche facil, j'aime discuter avec les autres et faire connaissance, je n'ai pas vraiment d'ami, ni à Sora ni à Daichi mais ça ne me pose pas de problèmes. J'ai gardé pas mal de mauvaises manière de mon enfance mais j'en ai aquis de bonnes pendant que je jouais le marquis. Je ne suis pas quelqu'un de difficile et je m'adapte à ceux qui m'entourent. Par contre il parrait que je m'enflamme très vite et que je deviens facilement incontrôlable sans raison apparente..

    Eh bien ! Dites moi maintenant pourquoi êtes-vous sur ce territoire ? Si si je vous assure j'ai besoin de le savoir :
    Là on arrive à la question compliqué c'est pourquoi je vais vous résumer tout ça. Je suis né à Sora. J'y ai passé mon enfance jusqu'a mes 12 ans environs dans un orphelinat. Comme personne ne voulait m'adopter et donc que personne ne voulait de moi comme héritié, jai décidé de m'enfuire et j'ai fais des recherches sur ce que j'étais. J'ai retrouvé le domestique qui m'avait aidé enfant et il m'a raconté toute mon histoire. Par la suite, il à falut que je me débrouille seule à Sora et ce n'est pas chose simple lorsqu'on est sans nom, sans famille et sans le sous. J'ai volé, agressé et j'ai même été jusqu'a tué. J'ai été condamné à Daichi à l'âge de 13 ans. Je vivais plutôt bien là-bas, c'était plus facil de se procurer quelque chose mais moins facil à trouver.

    J'étais devenu quelqu'un de fort à Sora et j'arrivais à tomber sur les plus faibles de Daichi. Après quelques mois qui devinrent rapidement une année j'ai fais la rencontre d'un homme interessant, un homme qui avait été condamné à Daichi lui aussi et il m'apprit que c'était la faute de celui qui devait être mon père. Nous nous sommes organisé ensemble un petit plan de vengeance et c'était l'occasion pour moi de rencontrer mes parents. Nous avions eu vent du proces de mon père dans une affaire pas bien méchante qui pourrait sans doute tourné mal si j'y mettais mon grain de sel. Nous avons réussi à me faire revenir à Sora grâce à des contactes importants qui tenaient à évincer mon père de la noblesse de Sora.

    J'étais donc de retoru sur la plate forme, la grande cité, et je me suis procuré un titre de noblesse bidon, j'étais devenu marquis. Les années se sont vite écoulée et le proces arriva. La suite vous la connaissez. Je suis toujours à Sora. Je suis parvenu à m'échapper après le meurtre de mon père car j'avais mis une belle pagaille dans l'assemblée et je n'étais pas venu seul. Maintenant j'air dans les rues propres mais je suis recherché pour être renvoyé à Daichi, je ne me cache pas vraiment mais les noble ne sont pas toujours des modèles d'intelligence.

    Et vos capacités alors ? Vous savez bien de quoi je veux parler, vos aptitudes spéciales ?

    Bon menteur, parfait commédien, je suis un beau parleur qui sait amadouer les nobles. Il arrive parfois que mon esprit devienne complètement tordu, j'ai besoin de me décharger de certaine tensions sans doute et je ne manque pas de le faire sur quelqu'un quand ça m prend. C'est util lorsque j'ai besoin d'obtenir quelque chose. Ah je me souviens aussi que personne n'a encore réussi à m'attendrire, tout n'est que comédie.

  • Hé ! Vous là-bas ! Qui êtes-vous ?

    Age : 16
    Sexe : A vérifier
    Niveau de RP : 6/10 tout dépend du partenaire
    Personnage sur votre avatar et sa provenance : Aucune idée, je l'ai trouvé dans la galerie du forum.
    Comment êtes-vous arrivé ici ? Top site
    Votre avis sur le forum : J'aime bien l'idée et le design n'est pas désagréable
    Un commentaire ? no my lord

    Tout me semble correcte, nous allons vous détacher et vous laisser partir mais avant j'ai besoin d'entendre le mot de passe. Vous le connaissez, il s'est glissé quelque part dans le règlement, allez encore un petit effort et vous retrouverez votre liberté.


    Je vous écoute : OK by Baku
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du jeu
Admin
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 29/12/2007

MessageSujet: Re: Baptistin Olvidado dit Benedetto   Mer 3 Sep - 17:52

Bienvenue parmi nous jeune comédien
Ce fut un plaisir de lire ta fiche! Je te dis donc:

FICHE VALIDEE

Et te souhaite un bon amusement sur le forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daichi-sora.kanak.fr
 
Baptistin Olvidado dit Benedetto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toussaint veut des nouvelles ( Véra, Toussaint et Serge)
» Serge attend Karim
» serge benedetto
» #MELODY BENEDETTO

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daichi ~ Sora :: Là où tout commence :: Les populations :: Personnages à adopter-
Sauter vers: