Daichi ~ Sora

Deux villes ... deux mondes différents ...
 
AccueilPortail*FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Déambule [ PV Aloïs ] ~ [ Ouah, j'inaugure le RP ? :D ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Déambule [ PV Aloïs ] ~ [ Ouah, j'inaugure le RP ? :D ]   Mer 20 Fév - 0:01


    Ca aurait pu être pire. Il aurait pu pleuvoir, faire un temps de chien, peut-être même un de ces tonnerres qu'on ne voit que trop rarement par ici. Mais le temps grisâtre laissait malgré tout à désirer. Bien que je ne sois pas particulièrement difficile - à vrai dire, la chaleur me faisait horreur - , je ne pus m'empêcher de soupirer en sortant de la maison. Pourquoi sortir, me direz-vous ? ... Bonne question. Je pense que je n'avais simplement pas envie d'affronter le regard accusateur de ma mère, qu'elle me lançait de plus en plus régulièrement ces temps-ci.

    Mais pour faire court, je me retrouvai dehors, étant restée en tenue légère comme une idiote. Me maudissant de n'avoir pas pris de manteau, je m'avancai néanmoins dans la rue. Pas question de remettre les pieds à la maison avant ce soir. Mes journées se passaient souvent ainsi, à vrai dire. Trop jeune pour chercher des reponsabilités et un travail, trop âgée pour rester à la maison à regarder le temps passer. Je ne m'en plaignais pas. Je passais le plus clair de mes journées à rêvasser et à explorer la ville sous toutes ses coutures, faute d'une activité plus intéressante à exercer.

    Je me laissai aller au rythme de mes pas, comme je le faisais toujours, sans vraiment regarder où j'allais, les bras croisés mais dont la chair de poule trahissait néanmoins le froid que je ressentais, la tête à moitié enfouie dans le cou. Quelques instants après l'herbe verte du parc défilait sous mes pas. A quoi bon relever la tête, je connaissais cet endroit comme ma poche de toutes façons ...

    Tel un jeu mental, je fermai les yeux et visionnai dans ma tête les alentours, tout en continuant à avancer. A une trentaine de mètres, environ, et légèrement plus sur la gauche, se tenait ceux que les gens se plaisaient à appeller l'"Arbre de Vie". Il était effectivement imposant, et malgré son âge avancé, semblait encore assez vigoureux pour passer de multiples hivers, ce qui ne m'empêchait pas de trouver ce surnom totalement ridicule. L'Arbre, ça suffisait largement, et c'était plus court. Tout bénèf'.

    Et puis si je faisais un large virage sur la droite, et que je continuais pendant quelques mètres, j'atterirais en plein dans les rangées de fleurs du parc. J'avais horreur de ces fleurs, toutes bien rangées, par espèce, bien espacées, au milimètre près. J'avais toujours trouvé les habitants de Sora un peu trop pointilleux, à vrai dire. Mais il était inutile de ramener mon exercice mental de reconstition à cette pensée, pour la simple raison qu'elle reviendrait maintes fois dans la journée, comme toujours.

    Et puis, en face de moi, environ cent mètres plus loin, il y aurait les grilles puis la sortie. Je n'avais toujours pas redressé la tête, si quelqu'un m'avait vu, sans doute aurait-il pensé que je ruminais intérieurement, encore fallait-il qu'il m'aie remarqué. Les grilles, donc, disais-je, elles encadraient le parc avec la même fermeté élégante dont on faisait part ici. Malgré les nombreux défauts que je trouvais au parc, il n'empêchait que je l'aimais bien. Et pour en revenir aux grilles, elles ...

    Je fus soudainement interrompue dans ma reflexion par un bruit sourd, puis un autre. Il me fallut quelques instants pour réaliser que c'était moi qui les avait produits. J'avais du me cogner contre quelque chose, et tomber par terre. J'ouvris les yeux et put constater la véracité de mes hypothèses. Un jeune homme se trouvait devant moi - ou plutôt au-dessus maintenant que j'étais tombée par terre comme une imbécile - , et tout ce que j'avais trouvé à faire c'était lui rentrer dedans. Evidemment, j'avais tellement l'habitude que ce parc soit désert. A vrai dire, j'avais oublié d'insérer une donnée importante dans ma reconstitution de l'espace : la présence d'une autre personne plus ou moins vivante.

    « ... »

    Foutu temps de réaction.

    « 'scusezmoi. »

    Ma voix était à moitié inintelligible, et sans doute dénue d'une certaine politesse, mais ce n'était pas ce qui me préoccupait à l'instant. D'ailleurs, je ne sais pas ce que je raconte, rien ne me préoccupais. Je me relevai tant bien que mal, toujours la chair de poule, toujours froid, mais curieusement, je me sentais bien. Rien à voir avec l'inconnu, bien sûr ( quoique ? ) .

    [ HJ : Bon ... c'est cliché, hein, mais après tout ça fait pas de mal What a Face ]


Dernière édition par Jun Kaisenth le Mer 20 Fév - 0:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Déambule [ PV Aloïs ] ~ [ Ouah, j'inaugure le RP ? :D ]   Mer 20 Fév - 1:33

    J’avais eu envie de sortir prendre l’air. Pourquoi ? Surement pour pouvoir échapper à la mauvaise humeur de ma mère. De toute façon, les raisons importaient peu. J’avais réussit à sortir, prévenant les domestiques que je rentrerai surement pour le diner. J’avais pour habitude de toujours les prévenir, par simple respect sans le moindre doute. Ensuite, passant le pas de la porte, j’avais donc gagné la rue, le pas léger. Habillé de manière plutôt commune, il ne me fallut pas longtemps avant de me fondre dans la masse aux cotés de ces dandys qui allaient jusqu’à se poudrer le visage d’un halo de poussière de riz nacré. Artifice inutile, ils étaient tous laids pour la plupart. Il est vrai qu’avec ce pansement qui entourait ma gorge et ce bandage qui partait depuis le milieu de mon avant-bras jusqu’à ma main, je n’étais pas un prix de beauté mais moi au point, je ne m’en étais jamais caché.

    Après avoir passé quelques temps à me laisser porter par la foule peu dense ce jour là, je m’étais détaché de ce ruisseau de personne pour m’en aller divaguer dans le parc. Il était on ne peut plus artificiel, ce parc. Les fleurs misent de manière ordonnées par la main de l’homme ne semblait même pas oser sortir du rang à moins que… Doucement, je m’étais approché d’un parterre de fleurs qui avait eu le mérite d’attiré mon regard. Pour quelle raison ? Tout simplement parce qu’au milieu de ses fleurs immaculés de ce carré, une petite sœur aux pétales violacés. A cette vue, je n’avais pu empêcher un sourire bref de passer sur mon visage. Il n’y avait malheureusement pas le moindre doute sur l’avenir de cette courageuse.

    Sans pouvoir vraiment retenir un soupir, je me redressais m’apprêtant à reprendre mon chemin vers quelque part quand soudain, un choc.

    Peut-être emporté par l’élan que j’avais du prendre pour me relever, je du faire un pas un arrière sous l’impact. Je m’apprêtais à faire une remarque à la personne qui venait de me percuter mais lorsque je regardais devant moi, je ne vis personne. Etrange. Malgré tout, dans un élan de bon sens, j’abaissais mon regard pour tomber sur les traits d’une ravissante jeune femme. Après être resté un peu contemplatif, je revins soudain à la réalité et lui tendit la main pour l’aider avant de réalisé qu’elle était déjà levée.
    Quelle tenue légère, elle devait mourir de froid avec ce petit vent taquin qui courait sur la ville depuis le matin. Education oblige, je défis la veste que je portais pour la lui tendre afin qu’elle se couvre. Peut m’importais que vois mes bandages, car souvenez vous, je ne m’en cache pas.


[ Dézoulé, c'est petit T.T ]


Dernière édition par Aloïs E. Stevenson le Mer 20 Fév - 14:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Déambule [ PV Aloïs ] ~ [ Ouah, j'inaugure le RP ? :D ]   Mer 20 Fév - 2:03


    Une fois remise sur mes pieds et le - très - léger choc de l'incident passé, l'idée me vint que, peut-être, la personne que j'avais bousculée pouvait être intéressante. Elle avait au moins le mérite de ne pas s'être offusquée en grognant - comme l'auraient fait beaucoup de citoyens de Sora, j'en suis sûre - , et c'était déjà quelque chose en soi. Mes yeux qui avaient alors croisé l'individu uniquement par impossibilité de faire autrement se firent plus attentifs, et j'examinai rapidement le jeune homme.

    Il devait avoir mon âge, sans doute un peu plus, était assez simple vestimentairement parlant, un visage fin et sans tâche, que je trouvai même... Comment dire ? Beau. Oui, c'était le mot, ce jeune homme était beau. Il ne sembla pas réagir, sur le coup, avant de tendre la main vers l'endroit où je me tenais quelques instants plus tôt - autrement dit, par terre - , puis sembla se rendre compte que je n'y étais plus et la retira d'un geste négligé.

    Etrange personnage. Il ne dit rien, ne répondit rien à mon espèce d'excuse écorchée, se contenta de me regarder un instant, d'un point de vue tout à fait observateur, puis remarqua que j'avais les bras nus, et leurs poils toujours hérissés d'ailleurs. D'ailleurs, je commençai à le sentir mordre à nouveau ma peau, ce froid. Ce n'était pas désagréable, quand j'essayais de me représenter la chose, mais autrement, de longs frissons parcouraient mon corps.

    Toujours sans rien dire, il retira sa veste, qu'il me tendit. Etrange, comme geste. Néanmoins, je n'étais pas du genre à me faire prier - surtout que j'allais commencer à mal le supporter, ce froid - , et lui retourner sa veste avec des formules polies et distinctes, très peu pour moi. De toutes façons, au niveau de la politesse, j'avais déjà prouvé que je n'excellais pas ... Je pris donc la veste, que j'enfilai lentement. Je cessai d'avoir froid aussi sec, du moins, pas de ce froid mordant qui vous fait frissonner.

    «
    Si ça nevous ennuie pas, ça se pourrait que j'en aie besoin... Jusqu'à ce soir. »

    Je n'allais pas non plus lui déballer ma vie et la situation de ma famille. La phrase était quand même lourde de sous-entendus. D'ailleurs, je réalisai à l'instant à quel point elle était odieuse, cette phrase. Tout d'abord, j'avais malencontreusement omis de lui présenter mes remerciements pour son geste - encore une fois, quel manque de manières. Sans doute courais-je le risque qu'il récupère sa veste et reparte en me gratifiant d'une leçon telle que "Apprennez la politesse, jeune fille !" Mais j'avais la nette sensation qu'il ne le ferait pas.

    Cela me semblait étrange de vouvoyer une personne qui me semblait à peine plus âgée que moi, mais sans doute cela aurait-il été tout aussi étrange de la tutoyer, étant donné les circonstances. Autre chose, je remarquai alors les bandages qui recouvraient ses bras. Mon regard s'attarda un moment dessus, sans doute le remarqua-t-il d'ailleurs. Ce n'était pas dérangeant, je ne cherchais pas à cacher mon jeu, mais la vue de ces bandages me fit un effet étrange. Quel genre de cicatrices pouvaient-ils donc bien cacher ?




Dernière édition par Jun Kaisenth le Mer 20 Fév - 2:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Déambule [ PV Aloïs ] ~ [ Ouah, j'inaugure le RP ? :D ]   Mer 20 Fév - 2:25

    Elle sembla me dévisager, me jauger presque. Après tout, il aurait peut-être fallut que je m’excuse ou que je lui demande si elle n’avait rien. Elle semblait aller plutôt bien alors je n’en avais pas vu l’utilité mais peut-être que… Elle finit par prendre me veste et l’enfiler. C’était une bonne chose, nul doute qu’elle aurait finit par prendre froid à rester ainsi dehors.

    En y regardant de plus près, elle devait avoir à peu de chose près mon âge. J’en avais presque perdu l’habitude, du contact avec les gens de mon âge. Un peu hésitant, je me demandais tout d’un coup si mon geste n’était pas un peu cavalier. Etrangement, j’entendais la voix de mon père me crier dans les oreilles quelque chose comme « mais quand cesseras-tu donc d’être aussi naïf ! » pour une raison inconnue.

    Ne prêtant pas plus attention à cette légère hallucination réminiscente de mon ouïe, j’écoutais avec attention la jeune personne qui venait de prendre la parole. Mon visage devant afficher une légère surprise à sa demande. Je n’avais même pas songé à récupéré cette veste. Et puis après tout, elle semblait en avoir plus besoin que moi.


    - Ne vous en faite pas. Je n’avais pas songé à la reprendre.

    Ne sachant pas trop quoi dire d’autre, je n’avais fait d’exprimer bêtement mes pensées. Froidement. Ces fichues habitudes qui reprenaient le dessus, alors que pourtant, rien ne pouvait indiquer que je sois d’une famille noble plutôt que simplement bourgeoise. Sans m’en rendre compte, perdu dans quelques réprimandes intérieures à moi-même, je réalisais que j’avais laissé s’installer un léger silence.

    Peut-être qu’elle attendait que je dise quelque chose ? Allez mon vieux, lances-toi. Sauf qu’a cet instant, je n’avais pas la moindre idée de quoi lui dire. Mes pensées se posèrent a nouveau sur la chute. Voilà ce que je pouvais lui dire !


    - Vous vous êtes fait mal en tombant ?

    Quel idiot, j’aurais peut-être du le formuler autrement. A présent que j’avais dit ses mots après les avoir tourné dans tout les sens possibles dans mon esprit, je n’étais plus vraiment certains de leur pertinence. Peut-être que mon ton avait été un peu trop cassant… En même temps, c’était aussi un peu de sa faute, cet accrochage mais ma mère me répétait souvent que tout était toujours la faute de l’homme alors bon.

    Finalement, je me disais qu’il aurait surement mieux valut que je ne dise rien. A cette simple pensée, un léger sourire réprobateur à moi-même franchit mes lèvres.


Dernière édition par Aloïs E. Stevenson le Mer 20 Fév - 2:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Déambule [ PV Aloïs ] ~ [ Ouah, j'inaugure le RP ? :D ]   Mer 20 Fév - 3:07


    Le jeune homme ne sembla pas s'offusquer du fait que je prévoie de garder sa veste pendant toute une journée. D'ailleurs, il ne sembla rien du tout. Il était plutôt... neutre. Bah, c'était encore la meilleure des attitudes à avoir, particulièrement lorsqu'on se faisait renverser par une sombre idiote qui ne regardait pas où elle mettait les pieds, prise dans un jeu mental assez dégradant.

    « Ne vous en faites pas. Je n’avais pas songé à la reprendre. » fit-il d'un ton parfaitement froid, voire cinglant.

    Cela ne me dérangea pas outre mesure. A vrai dire je n'avais pas été bien plus encourageante à la conversation et aux belles manières dans les quelques paroles que j'avais prononcées quelques instants plus tôt. Néanmoins c'était la première fois depuis le début de cette "rencontre" ( je devrais plutôt dire collision suivie d'un vague dialogue ) que j'entendais sa voix.

    Au chaud dans sa veste, encouragée par le silencieux bruissement du vent dans les feuilles des arbres aux alentours, je laissai encore une fois ma conscience vagabonder un peu partout dans mon esprit nébuleux. J'avais hélas une forte tendance à oublier les conversations et à me mettre à rêvasser, quelque soit la situation. Cela m'avait valu plusieurs fois de me faire qualifier d'étourdie, de tête en l'air, ou alors de "jeune fille incapable de se concentrer" , tout ce que vous pouvez imaginer dans ce genre là. On avait tout imaginé à mon sujet, sauf le fait que je puisse rêver, tout simplement.

    Ainsi, je regardais le jeune jeune homme sans vraiment le voir, en pleine méditation sur des choses complètement dénuées d'intérêt, comme d'habitude, si bien que je ne remarquai même pas le court silence qui s'installa sans que personne ne bouge. Quoique, le fait que je le remarque n'eut pas changé grand chose. Le silence ne m'avait jamais - et même parfois tout le contraire.

    « Vous vous êtes fait mal en tombant ? »

    Sa question m'étonna sincèrement - sans compter qu'elle me sortit de ma demi-rêverie - , tant et si bien que j'eus un léger sourire. Je ne savais pas réellement comment la prendre. Etait-ce une simple mesure à mon égard ? Je doutais qu'on puisse s'inquiéter pour moi après une chute d'environ 50 centimètres. D'ailleurs, je doutais qu'on puisse s'inquiéter pour moi tout court. Ce pouvait être également une façon de troubler le silence, en tous les cas c'était une question et je devais reconnaître que tout compte fait je n'étais pas contre une conversation, si on pouvait appeler cette suite de vagues paroles une conversation.

    « A priori, non » fis-je d'un ton légèrement influencé par le sourire qui avait effleuré mes lèvres quelques instants plus tôt, d'ailleurs il ne m'avait pas échappé qu'il avait eut la même réaction.

    Mon regard se posa à nouveau sur ses bras. Je n'avais même pas songé qu'à présent, ce serait lui qui serait victime du froid. Mais j'oublai cela en retombant sur les bandages qui s'enroulaient autour de ses bras.

    « A quoi servent ces bandages ? »

    Sous-entendu : "Que cachent-ils donc ?" La question me brûlait les lèvres, et après tout, au point où on en était ... J'avais été suffisemment impolie depuis le début, inutile de chercher à me rattraper, alors tant qu'à faire, autant poser la question. Et ça montrait au moins un signe de bonne volonté de ma part, de ce point de vue-ci. Ca pouvait presque sembler une question anodine. Et comme la perspective de rester ici seule toute la journée ne m'enchentait pas de toutes façons, je pouvais bien le tenter, quoique je l'eus fait quand même si j'avais eu toutes les possiblités.



Dernière édition par Jun Kaisenth le Mer 20 Fév - 3:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Déambule [ PV Aloïs ] ~ [ Ouah, j'inaugure le RP ? :D ]   Mer 20 Fév - 3:44

    Elle semblait complètement rêveuse, un peu perdu dans un autre monde. C’était assez étrange à observé quoique pas très polie. Avouez que dévisager une inconnue que l’on vient de bousculer, il y avait plus raisonnable comme attitude. Attendant patiemment la réponse, j’aperçu un sourire sur ses lèvres. Pourquoi souriait-elle ? Je devais m’être attendue à un petit nombre de réactions de sa part mais j’étais forcé d’avouer que celle-ci n’en faisait pas partie.

    Lorsque sa voix s’éleva à nouveau, presque imprimer du fin sourire posé sur son visage, mes lèvres laissèrent passer l’ombre légère et presque timide de la même expression. Si tout allait bien tant mieux. Lorsqu’on conduit une jeune femme à se heurté au sol, c’est la moindre des choses de se soucier des conséquences, non ? J’étais donc soulagé d’entendre qu’elle n’avait pas le moindre mal.

    Un coup de vent se glissa entre nous, sans trop de mal vu que nous étions à une distance respectable l’un de l’autre mais ce simple courant d’air manqua de l’arracher un léger frisson de froid. Allons bon, si le froid me mordais déjà la peau, je ne regrettais pas le moins du monde mon geste pour couvrir les épaules nues de la jeune femme qui se trouvait devant moi.
    C’était un peu étrange de penser ainsi mais je trouvais de ce simple vêtement plutôt commun lui allait plutôt bien. Mais même si ca n’avait pas été le cas, cela importait peu.

    Alors que je levais les yeux vers la demoiselle, j’aperçus son regard qui glissait le long de mes bras. Intrigué, je finis par moi-même baissé les yeux, pour suivre ce qui semblait attirer son attention. A mes yeux, rien ne clochait. Mes bras était à l’endroit, et se terminait par deux mains.

    En toute honnêteté, je ne comprenais pas vraiment ce qu’ils pouvaient avoir de spécial. Bientôt, avant que je n’aie le temps de me poser d’autre question à moi-même, elle finit par m’éclairer sur l’objet de son regard. C’était donc ça, affirmais-je comme la révélation soudain d’une illumination divine. J’avais souvent tendance à oublier que mon état pouvait ne pas être normal aux yeux du monde. Surement parce que chez moi, tout le monde faisait comme si cela faisait partie de ma personne. Ce n’était pas complètement faux par ailleurs.


    - Oh, ça. Ce ne sont que quelques blessures.

    Pourquoi mentir ? Je n’en voyais pas l’intérêt. C’était tout ce qu’il y avait de plus véridique. Je n’étais que quelques blessures et marques, rien de bien particulier et extravagant. Pour cette fois, il s’agissait de coupure. Je n’avais pas vu l’intérêt de préciser ce fait, peut-être aurais-je du le faire ? Au pire, la demoiselle me poserait elle-même la question en temps utile.
    Me connaissant assez pour savoir qu’utiliser tout mes capacité de communication en une seule phrase tenait du suicide, je préférais me décider à répondre de la manière la plus clair et concise qui soit. Certes, mon ton devait être quelque peu tranchant, mais prendre une voix enjoliveuse n’était pas dans ma nature, je ne le faisais même pas pour mon propre bien, alors le faire sans motivation tiendrait d’un rôle théâtrale. Le théâtre n’avait jamais été de mon goût.



Dernière édition par Aloïs E. Stevenson le Mer 20 Fév - 3:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Déambule [ PV Aloïs ] ~ [ Ouah, j'inaugure le RP ? :D ]   Mer 20 Fév - 5:25


    Lorsque que mon regard se posa sur les bras du jeune homme, il suivit effectivement mon regard et sembla s'interroger sur la nature de mon attention. Lorsque que j'ouvris la bouche pour lui demander de quoi il s'agissait, il eut l'air vaguement surpris, comme s'il venait de se rappeler qu'il avait ces bandages. Apparemment, ils lui étaient totalement indifférents. D'ailleurs, c'était compréhensible. Il était simplement intriguant de les voir ainsi.

    « Oh, ça. Ce ne sont que quelques blessures. »

    Sa voix était tout à fait dégagée, il aurait pu parler de la pluie et du beau temps qu'il aurait employé le même ton. Quelques blessures. Cela sous entendait néanmoins des blessures assez graves pour nécessiter des bandeaux. Ou assez laides ... Mais étant donné l'air assez anodin qu'il prennait lorsqu'il en parlait, ça ne devait pas être bien captivant, je me contentai donc de cette réponse, ne cherchant pas à en savoir plus. Ma curiosité ne s'étalait que dans certaines mesures.

    « Quelques blessures ... » répétai-je vaguement pour moi-même, sans doute même trop doucement pour qu'il puisse y comprendre un mot.

    La peau de ses bras se hérissa à son tour. Tiens tiens. Nous serions donc deux à avoir subi les joies de l'hiver aujourd'hui, et plus précisément, de l'alliance ciel gris - brouillard - froid. J'aurais très bien pu lui rendre sa veste, mas ne serait-ce que d'un point de vue purement égoïste, je me sentais trop bien dedans. Je me serais sans doute infligé une claque mentale à cette pensée, si je ne m'étais rappelée au dernier instant que l'égoïsme était un défaut qui ne me caractérisait pas, en général. Mouarf. C'était déjà ça.

    Je réalisai soudainement que le jeune homme m'avait évité de me chopper sans doute un bon rhume, et qu'en plus de ça je n'avais rien cherché à savoir sur lui. J'ignorais jusqu'à son nom. Nous étions plantés là depuis une ou deux minutes maintenant, et tant qu'à y être, autant y rester, mais pas sans rien dire. Je dus à ce moment là donner l'impression d'avoir un brusque éclair de compréhension ou de prise de conscience, que voulez-vous, toujours plongée dans mes pensées ... Avant de tendre ma main, d'abord négligemment puis plus fermement vers lui.

    « Jun. »

    Décidément, je ne devais pas aimer les phrases bien longues. Sans doute comprendrait-il que c'était juste ... Histoire de faire connaissance ? On pouvait dire ça comme ça, en fait je n'y réfléchissais pas vraiment. J'agissais toujours selon mes impulsions, et une autre, quasi instantanément après celle qui m'avait poussée à me présenter, m'inscita à me mettre à marcher dans le parc - ce que je fis, en me retournant pour l'inviter à marcher à mes côtés.

    Ca semblait ridiculement naturel, simple, pourtant je n'abordais pas les gens comme ça habituellement. M'enfin, il fallait préciser que je n'avais pas non plus comme habitude de rentrer dans les gens, exercice mental ou pas. Ca devait suffir comme explication. En tout cas, moi qui cherchait toujours la réponse la plus simple et la plus satisfaisante, celle-ci me convenait parfaitement.


Dernière édition par Jun Kaisenth le Mer 20 Fév - 5:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Déambule [ PV Aloïs ] ~ [ Ouah, j'inaugure le RP ? :D ]   Mer 20 Fév - 12:32

    Elle avait répéter mes mots comme l’incantation d’une formule ancienne. Ceux-ci ne m’avaient pas semblé vraiment mystérieux mais l’étaient-ils à son sens ? Je fus soudain agacé de moi-même et de cette fichue habitude à ne réfléchir à mes mots qu’une fois ceux-ci prononcés. Malgré tout, l’air rêveur de la jeune fille m’indiquait une chose : le caractère évasif de ma réponse ne l’avait pas gêné plus que ça. Peut-être qu’au final elle n’avait répéter mes mots que dans l’optique de me montrer qu’elle les avait entendus ou simplement écouter.

    Je finis par remarqué que son regard songeur semblait flotter à moitié fixer sur mes bras. C’était assez déroutant pour moi, surement par manque d’habitude. Mais cet air rêveur, comme un peu perdu dans un autre monde que celui-ci de la merveilleuse prison dorée qu’offrait Sora à tout ses enfants, quelque part au fond de moi, je crois que j’aurais été curieux de pouvoir l’entrapercevoir au coin d’un de ses regard.
    Quelle idée. Il aurait été bien osé de ma part de planter sans la moindre gêne mon regard dans le sien afin de sonder ses pensées que me semblaient chimériques. Mais elle avait un peu plus heureuse dans cet univers de pensées qui lui était propres, et puis, ses traits semblaient quelques peu s’adoucir lorsqu’elle se laisser emportait par le flot de ses pensée.

    Personnellement, j’étais persuadé d’avoir l’air d’un imbécile lorsque mes pensées indécises et hésitantes m’emportaient de manière brusque et inutile. D’ailleurs se fut sur cette pensée que je réalisais soudain qu’elle me tendait la main.


    « Jun »

    Pendant une fraction de seconde, je dû avoir l’air d’un parfait abruti, la regardant sans comprendre qu’elle venait tout bonnement de se présenter. J’étais en règles générale, persuadé d’avoir une expression ahurie sur le visage, bien que mes domestiques niant ce fait, surement par politesse, me répétant souvent que je devrais d’ailleurs peut-être essayer d’être plus expressif avec l’extérieur au risque de ne plus pouvoir nouer de lien avec autrui. Mais je ne voyais pas vraiment l’utilité de nouer de liens avec d’autre personne que celle qui vivait sous le même toit que moi. Il me fallait déjà réussir à pouvoir supporter ceux là avant de m’aventurer autre part. Mais cette jeune personne, elle m’intriguait.

    J’interrompis le fil de mes pensées pour prendre sa main dans la mienne en répondant à son geste de salutation avec une douceur qui été devenu presque automatique dans mes geste, surement pour contraster avec mon quotidien aller savoir. Sur le coup, il ne me parut pas utile d’étaler la tartine de civilité, c’est surement la raison pour laquelle je répondis le plus succinctement qu’il fut possible de faire.


    - Aloïs.

    Mon second prénom ne servait à grand-chose pour le coup et je préférerais éviter de prononcer mon nom de famille. D’ordinaire, les gens devenaient mielleux dès qu’ils l’entendaient. C’était particulièrement agaçant à mon sens et c’est pourquoi je me baladais souvent vêtue et vêtu de manière peu voyante pour ne pas dire complètement passe partout.

    Dès que nos mains, le plus naturellement du monde s’étaient détachées l’une de l’autre, elle avait entreprit de reprendre une marche posée dans le parc en se tournant légèrement vers ma personne après quelque pas. M’invitait-elle ? Peut-être n’étais-ce qu’une politesse. Mais malgré ce doute, mes pieds commençaient déjà leurs rengaines mécaniques pour me faire avancer et la suivre dans son entreprise. Elle avait une démarche légère et un porté facilement reconnaissable des filles du beau monde. Haute bourgeoise ou peut-être noble, même si cela importait peu. Allons bon, je me surprenais à penser comme ses dandys qui se fardaient de divers artifices et qui jugeaient les autres sur leur rang social.

    Le calme ambiant dont le silence était brisé fréquemment par le bruit de nos pas. Pour un regard extérieur, de quoi avions-nous l’air ? Ressemblions-nous vraiment à deux inconnu qu’un accrochage fortuits avaient fait se rencontrer ? Ou peut-être plutôt à deux amis de longue datent qui s’offraient une ballade à l’air frai, dans un silence entendu de paroles muettes échangés ?
    Mais il n’était rien de tout cela. Le silence, bien qu’entrecoupait, était assez pesant, et lourd de sens. Nous n’avions rien a dire. C’était malheureux mais ma conversation venait surement de se résumer au quelque mots que j’avais déjà prononcé mais malgré tout, je me risquais à une ultime tentative.


    - Vous venez souvent ici ?

    Le vouvoiement me sembla soudainement complètement pesant. Complètement fastidieux. Mais je ne pouvais décemment pas me mettre à la tutoyer soudainement. Tant pis, cela me ferrais bien une seconde question pour les prochaines minutes, s’il elle était encore en ma compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Déambule [ PV Aloïs ] ~ [ Ouah, j'inaugure le RP ? :D ]   Mer 20 Fév - 15:32


    La main que je tendis au jeune homme ne sembla d'abord pas l'interpeller, il n'eut aucune réaction pendant quelques secondes, puis il me tendit la sienne, comme s'il avait eu besoin de réfléchir avant de consentir à me faire part à son tour de son identité, même si je me doutais que ça n'avait sans doute rien à voir. Ainsi, nos deux mains se serrèrent, d'un mouvement presque solennel.

    « Aloïs. »

    Etrange, comme prénom. Mais pas désagréable à entendre, bien au contraire. Je le gratifiai d'un léger signe de tête, et il me suivit lorsque je l'invitai d'un pas de côté à me suivre. A partir de là, je me remis à rêvasser de tout et de rien, comme à mon habitude. Un silence qui devait être pesant s'installa, mais je ne le pressentis pas, toujours "la tête dans les nuages" comme qui dirait. Une légère bruine se leva, recouvrant le parc d'un fin manteau. Ce n'était pas désagréable, surtout depuis que j'avais la veste sur les épaules mais je n'y pensais déjà plus.

    A vrai dire, je n'avais pas réellement besoin de parler avec quelqu'un pour me sentir écoutée, chose étrange. La présence d'Aloïs, malgré son silence - et le mien par la même occasion - me suffisait pour me sentir plus ou moins à l'aise dans cette sorte de décor grisonnant. Je n'étais pas difficile, du moins pas sur ce point là. Nénamoins je fus agréablement surprise qu'Aloïs vienne me tirer de ma rêverie, me résolvant du même coup à faire plus attention à ne pas partir dans mes pensées à chaque instant, ça pouvait être gênant.

    « Vous venez souvent ici ? »

    Je restai silencieuse une ou deux secondes, histoire de me poser la question. Souvent ? ... Ce n'était peut-être pas le mot, m'enfin.

    « Ca m'arrive régulièrement » répondis-je simplement. Autrement dit : à chaque fois que je me sentais en froid avec le reste de la famille. Donc, au final, assez souvent. « Et toi ?»

    Je réalisai que j'avais laissé tomber le vouvoiement directement. Cela me laissa quelques secondes perplexes, puis après tout, c'était mieux ainsi, j'avais horreur de vouvoyer les gens, surtout qu'Aloïs semblait à peine plus âgé que moi, et ne s'était même pas offusqué de mon manque de politesse précédent. Va pour le tutoiement, donc.

    Je m'amusai de la façon dont je détaillais mentalement tout ce que je disais, faisais ou pensais. D'ailleurs, je me rendis compte à quel point la situation aurait pu sembler ridicule, vue d'un oeil extérieur. Une fille qui bouscule un promeneur, qui entame une vague conversation, conversation très largement espacée par des silences plus ou moins longs. Moi qui était encore une fois partie dans mes pensées, ça ne m'avait même pas effleurée

    «
    Désolée, je suis un peu distraite. »

    [justify]Comme si ça avait pu lui échapper. De mieux en mieux. Mais çe ne me gênait pas outre-mesure, parfois ma capacité à partir dans mes pensées à la moindre occasion m'amusait. Néanmoins, présentement, Aloïs m'intriguait. Il ne ressemblait pas au portrait typique du jeune homme de Sora, ces jeunes hommes qu'on ne voyait que trop à son goût.


Dernière édition par Jun Kaisenth le Mer 20 Fév - 15:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Déambule [ PV Aloïs ] ~ [ Ouah, j'inaugure le RP ? :D ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Déambule [ PV Aloïs ] ~ [ Ouah, j'inaugure le RP ? :D ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aloïsia Weker ? La Fille de l'Ombre
» (H) JAMIE DORNAN ? avant toi c'était quoi, sinon un préambule
» Le boulangisme politique de Préval
» déambule....
» Préambule du Chapitre trois : « Anges et Démons »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daichi ~ Sora :: Sora :: Plein centre :: Le parc municipal-
Sauter vers: