Daichi ~ Sora

Deux villes ... deux mondes différents ...
 
AccueilPortail*FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tharkya Raïto

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Tharkya Raïto   Lun 5 Mai - 16:34

Qui suis-je ? Ça n'a pas grande importance. Où sommes-nous ? Ne vous en préoccupez pas, nous sommes là où personne ne nous trouvera. Mon but ? Vous ficher, tous autant que vous êtes, j'agis pour des gens dont vous ne soupçonnez même pas l'existence et je suis ici pour vous recenser. Ne vous inquiétez pas, vous serez relâché dès que nous aurons fini et vous pourrez retourner vaquer à vos petites occupations comme si rien ne s'était passé.


  • Faites moi confiance et répondez à mes questions sans broncher.

    Déclinez votre identitée.

    Nom : Raïto
    Prénom(s) : Tharkya
    Surnom(s) : Blanche
    Date et lieu de naissance : 12 décembre, dans le manoir de ma famille
    Taille : Assez grande, je ne dirais pas que je suis une géante, mais je me qualifierais dans la normalité des dames.
    Poids : D’un poids convenable
    Couleur des yeux : Noisette
    Couleur des cheveux : Brunâtre aux quelques mèches près du blonds
    Territoire : Je suis née, je vie et je mourrais à Sora
    Signes particuliers : Aucun

  • Très bien, c'est noté, passons aux choses sérieuses.

    Racontez moi l'histoire de votre vie :
    Je suis née dans l’un des manoirs les plus reculés de Sora, entouré d’amour et d’une famille comblée. Étant l’aînée de la famille qu’avait mit au monde mère, il était bien normal que les festivités soit à leurs plus haut lors de ma naissance, bien que comme toutes les familles de ce monde, ils auraient sans doute préféré un héritier plutôt qu’une héritière. Ma beauté compensait, disaient-ils.

    La vie d’une bourgeoise dans Sora, ce n’est pas comme vous l’imaginez. Lorsque la pression de toute une famille presque effacée des mémoires vous pèsent, vous harcèle jusqu’à n’en plus dormir, vous commencer petit à petit à maudire cette éducation trop remplie de salutations, de courbette, de bonne manières et de paroles clichées. Si cela n’avait été que de moi, je n’aurais apprit que la moitié de tout cela, et consacrer le reste de mon temps à l’alchimie, mais devenir une bonne épouse, voila ce qu’est le destin de nos chères femmes…Et le mien.

    Sans doute est-ce du à trop d’effort donné par ma mère, ou d’une maladie qui la rongeait depuis sa tendre enfance, mais lorsque j’eue atteint 16 printemps, elle décéda, laissant le doute et l’incertitude régner dans notre maison jadis si aimé. Comprendre pourquoi n’avait pas été nécessaire, la mort vient à bout de chaque personne, mais sans savoir pourquoi, cette mort me rongeait de l’intérieur, et me ronge encore. Lorsque quelques jours passa sans qu’elle ne soit plus en vie, je me remit donc à l’alchimie, délaissant l’éducation que toutes jeunes femmes eues, je n’aimais pas ça, si je ne pouvais devenir une femme à marier, je deviendrais une femme de métier.

    Mes deux sœurs, plus jeune de 5 et 7 ans quand à elles fut envoyés à Daichi, elles n’étaient bonnes à rien et de plus, elles ne pourraient avoir de bonne éducation, donc mon père les envoya en bas, leurs retirant noms de famille et noblesse de leurs mémoires. Malgré tout, ma grand-mère, vieille d’allure et de mentalité, ne souhaitait pas que je passe mes journées à cueillir fleurs, herbes et ingrédients, m’enfermant dans la chambre maître au plus haut du manoir avec pour seul compagnie, des livres.

    Du à le manque de soleil, ma peau devint pâle et fragile, ma tête, remplis de cette éducation forcée et mes rêves envolés. Je n’espérais qu’une chose, partir de cette satanée maison, mais mes bonnes manières m’empêchait de me rebeller, n’offrant que sourire et mots doux à la dame qui m’avait, pour le moins dire, gâchée la vie.

    Encore une fois, la mort vint dans notre famille, amenant cette fois deux personnes, mon père et mon grand-père. Après cela, sans savoir pourquoi, ma grand-mère disparue, me laissant seule dans cet immense manoir. J’y vie encore, depuis toutes ses années… Oh non pas seule, mes livres me tiennent compagnies…


    Bon, comme tout le monde, certains faits ont dû marquer votre vie décrivez m'en un en détail :

    Me marquer? Laissez-moi réfléchir…

    La chose qui ma le plus marquer et rongé depuis mon enfance est sans aucun doute la mort de ma mère. Si belle, si débordante d’énergie et si jeune, elle mourut. Mais sans savoir pourquoi, cette mort me pèse, me harcèle, je ne fais qu’y penser et y repenser, pourquoi est-ce arriver? Je suis consciente que la mort vient à bout de toute chose, les plantes en sont la meilleure preuve, mais cette mort, attendez, je crois me souvenir…

    Ma mère, elle aussi était passionnée d’alchimie. Elle m’amenait souvent, même très souvent cueillir des fleurs et des plantes pour me montrer qu’elles étaient leurs effets. Les animaux aussi étaient nos amis, ils venaient nous voir avec une certaine crainte bien sur, mais il ne fallait que quelques minutes pour que nos mains puisse caresser leurs fourrures. Mais une fois, Saïna, ma mère, avait été hypnotiser par une fleur, hypnotiser est assez improbable, mais cette fleur était magnifique, elle se tenait debout dans un jardin composé d’autres fleurs de différentes couleurs, jaunes, rouges, mais elle, elle était d’une blancheur éclatante… Entourée de sa « famille », elle semblait seule. Oh, pitié, ne me prenez pas pour une folle, ma mère me répétait souvent que les plantes pouvaient nous parler, nous dire leurs sentiments, de même pour les animaux, et de même pour les humains.

    Cette fleur, elle la cueillit et la rapporta à la maison, en faisant attention comme à ses propres enfants. Bien sur, elle ne voulait pas la cueillir, mais mon enthousiasme à trouver cette fleur comme moi l’avait convaincue. Peu à peu, la fleur s’assécha, ma mère aussi, peu à peu, la plante mourut, ma mère aussi… Je sais que cela parait fou, mais je suis sur qu’il y a, en quelque part, une raison à cela.


    Mmh... D'accord. Maintenant côté caractère, comment vous définiriez-vous ?

    Je ne saurais me décrire, donc je vais y aller avec ce que me radotait ma familles. Ils disaient donc que je suis à la fois douce, sensible et gentille, mais aussi lunatique, capricieuse et incompréhensible. Une journée je veux être seule et l’autre entourer. Méfiante et craintive, il est difficile de m’approcher, ayant vécu enfermé la plus part de ma vie, je ne fais que peu confiance à l’humain. Bien sur, je ne deviens pas paranoïaque, j’ai déjà eue des amis comme tout le monde, seulement, ils me décrivaient comme étant à la fois le soleil et la lune, ce qui embête la plus part du monde et pourquoi pas, tout le monde…

    Réservée, je ne parle jamais pour rien, s’il y en a qui ont la parole facile et même trop bruyante, peut être auraient-ils prit la mienne? Car je suis silencieuse, même un peu trop, durant une conversation, sans le vouloir, je peux me taire et vous laisser parler, ce que j’aimerais bien faire en ce moment, ne le voyez pas comme insulte messire.



    Eh bien ! Dites moi maintenant pourquoi êtes-vous sur ce territoire ? Si si je vous assure j'ai besoin de le savoir :

    Y à t-il réellement une raison pour que j’y sois? Je suis noble, pourquoi devrais-je me mêler avec les déchets d’en bas? Je vis à Sora et j’y mourrais, je suis fière de notre ville, de notre communauté même si je le montre en me faisant discrète. Ceux qui n’ont eue d’éducation ne devraient pas avoir le droit de frôler notre terre si belle et bien entretenue, nous ne sommes pas qu’enfant de cœur, nous savons nous battre, nous aussi.

    Ce serait la réponse la plus claire que je pourrais vous donner, mais en faites, le pourquoi serait à demander à ma famille. J’y vie depuis que je suis née, elle y vit depuis que cette ville à été conçut, personnellement, je ne me mêles pas aux affaires des autres, et si vous voulez tout savoir, mais que cela reste entre nous… Je vie à Sora pour leurs plantes, la beauté de celles-ci, et surtout, que ferais-je en bas? Ma vie n’est pas la…

    Et vos capacités alors ? Vous savez bien de quoi je veux parler, vos aptitudes spéciales ?
    Depuis mon enfance, je me passionne pour l’art de la feuille, en d’autre mot, l’alchimie. Je ne dirais pas que je suis la plus grande soigneuse grâce à cela, mais je me débrouille très bien, autant pour empoisonnée que pour soigner. Oh mais ne vous emballez pas, je n’empoisonnerais jamais personne! Simplement, on dit souvent que je suis d’une grande aide lorsqu’on se blesse, une pommade soigne beaucoup plus vite que des bandages, et de plus, cela ne laisse que très peu de marque.

  • Hé ! Vous là-bas ! Qui êtes-vous ?

    Age : 15 ans
    Sexe : Féminin
    Niveau de RP : 5/10 (Je n’ai jamais rp au « je »…)
    Personnage sur votre avatar et sa provenance : Aucune idée, je l’ai trouvée dans mes documents d’images
    Comment êtes-vous arrivé ici ? Sur Fleur
    Votre avis sur le forum : Très beau desing, très facile à comprendre, j’adore tout simplement
    Un commentaire ? ah non, fini avec les questions!

    Tout me semble correcte, nous allons vous détacher et vous laisser partir mais avant j'ai besoin d'entendre le mot de passe. Vous le connaissez, il s'est glissé quelque part dans le règlement, allez encore un petit effort et vous retrouverez votre liberté.


    Je vous écoute : Ok.
Revenir en haut Aller en bas
Maître du jeu
Admin
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 29/12/2007

MessageSujet: Re: Tharkya Raïto   Mar 6 Mai - 18:30

Welcome!

ta fiche est correcte, simple et agréable à lire
elle rassemble les éléments demandés
je n'ai rien à redire

VALIDE

donc et amuse-toi bien parmi nous jeune alchimiste!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daichi-sora.kanak.fr
 
Tharkya Raïto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daichi ~ Sora :: Là où tout commence :: Les populations :: Archives-
Sauter vers: